qosmonaut – old but gold


Qosmonaut!

Shooting from a rocket straight outta Versailles, Qosmonaut has been throwing out bits of light and sound for some time now. Immersing himself heavily in the world of hip-hop as a youngster his love of beats became a staple of his musical understanding. However after seeking the requisite education in Berlin for a year, he returned a more nuanced artist. His latest mix for new French webzine Rubicon, which he kindly posted through our Soundcloud inbox, explores his learning through late disco, 70s and 80s funk and a cheeky little movement into house and old-school. Or as the French say:

Et donc afin d’inaugurer ce premier volet modestement estampillé #001, c’est le très prometteur artiste versaillais Qosmonaut qui s’y colle. Ayant baigné toute sa jeunesse dans une culture hip-hop, ce n’est qu’après un séjour berlinois d’un an, où il eut l’occasion de travailler pour les labels indépendants figurant parmi les plus prestigieux de la scène électronique actuelle (Bpitch Control et !K7), qu’il décide de se consacrer pleinement à la musique en imaginant le Qosmonaut, inspiré par ce personnage désuet mais cool qui n’existe plus depuis la disparition de sa patrie soviétique. Tout particulièrement actif sur la scène toulousaine, il créé en 2008 avec sa copine l’association microqlima et la série de soirées « La Régulière », joue avec le collectif Le Cabanon ou bien avec Les Siestes Électroniques… Et en attendant son remix pour UNL, signé sur le labelCode2 Records, ainsi que son premier EP, celui qui déjà tout petit rêvait de marcher sur la Lune nous livre ici un set surprenant mais pas vraiment dépaysant : en effet, contrairement à ses précédents mixes aux sonorités Techno / Deep-House, notre ami nous livre cette fois-ci un brutal retour en arrière comme je les aime vers la Funk des années 80 avant de transporter progressivement l’auditeur vers une House plus old-school et de conclure ce voyage en apothéose avec deux OVNI musicaux d’une rare beauté. Un savoureux retour vers le passé qui me ferait presque regretter une époque que je n’ai hélas jamais vécue.

Enjoy:

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s